• POURQUOI SOUHAITER UN RASSEMBLEMENT ENTRE ANTILIBERAUX DE GAUCHE ET DE DROITE?

     

    Parce que depuis le référendum de 2005 bafoué, il est devenu flagrant que le néolibéralisme a besoin d'un régime autoritaire pour continuer. La technocratie se substitue insidieusement à la démocratie. Les élections ont beau faire le jeu de l'alternance, les manifestations ont beau se multiplier, nos dirigeants ne semblent plus répondre qu'aux volontés de la Commission Européenne et du haut patronat.

    La reconquête de la souveraineté populaire est donc LE combat prioritaire à mener. Tous les autres choix de société (et dieu sait qu'il y en a d'importants à prendre) découlent de celui-là.

    Le peuple de France est partagé à peu près pour moitié entre la droite et la gauche. Mais il est très majoritairement hostile au libre-échange et révolté de se faire usurper les choix réels de son destin. C'était vrai en 2005, çà l'ai encore plus aujourd'hui. Les sondages d'opinion sont là pour l'attester, la progression des antilibéraux aux élections aussi.

    La dénonciation des dérives oligarchiques de la Vème République, l'affirmation d'une nouvelle voix antilibérale de la France au sein de l'Europe et son affranchissement déterminé des carcans libéraux européens sont des chevaux de bataille centraux aussi bien pour les souverainistes de droite comme de gauche.

    Le peuple aujourd'hui majoritairement révolté contre son asservissement programmé, on peut sans aucun doute prédire un vif succès à une formation qui saurait outrepasser le vieux clivage gauche-droite et proposer un programme de compromis qui aurait pour piliers régulation économique et renouveau démocratique.

    Quelque part ce mélange gauche-droite est déjà tenté avec brio par le Front National, dont l'essor électoral prouve qu'il correspond aux attentes des Français, qui souhaitent des réponses fortes à la fois sur le redressement économique et sur le vivre-ensemble, en détérioration constante.

    Cependant, le FN, malgré son récent relookage médiatique, reste un parti venimeux. Son discours identitaire, islamophobe et ses recettes brutales sont facteurs d'exacerbation des tensions et auraient toute chance d'entraîner le pays vers de terribles déchirements internes.

    C'est donc également pour contrecarrer l'influence grandissante du Front National qu'un tel rassemblement antilibéral républicain devrait voir le jour. Dès lors que celui-ci serait réalité, il deviendrait, pour notre Peuple dans son ensemble et sa diversité d'opinions, l'option raisonnable pour sortir de toutes les crises.

     

     

     


    3 commentaires
  • Suite à la conférence de presse de notre capitaine de pédalo, tous les ténors politiques antilibéraux se sont esclaffés de son "dévoilement" néolibéral. Ils ne comprennent pas que s'accrocher aux basques de notre président ne sert plus à rien, que ces jérémiades sont dérisoires.

    Car les Français n'ont plus besoin qu'on leur explique par A+B que leur président est un VRP du système qui les broie lentement. Notre peuple est désillusionné sur ce que sont réellement le PS et l'UMP, à savoir les instruments politiques de l'oligarchie capitaliste française.

    Ils ont compris que la classe politique dirigeante ne les sert plus. Le divorce d'intérêts entre ces (si mal) élus et le Peuple est consommé, et ce de façon flagrante depuis la claque du Non au référendum de 2005 bafoué.

    Nous sommes entrés dans une crise de défiance politique telle qu'elle est potentiellement révolutionnaire. Pas au sens où il faut s'attendre à des foules violentes, assoiffées de vengeance. Mais au sens où le peuple dans sa majorité rejette le régime et désire en changer.

    S'échiner à commenter les moindres faits et gestes du Président est donc une perte de temps, puisqu'il n'y a plus grand monde à convaincre.

    Il faut plutôt se projeter sur 2017 (déjà!) et se concentrer sur ce qui permettrait d'y créer une MAJORITE ELECTORALE car dans notre système démocratique, il n'y a pas d'autre moyen de prendre effectivement le pouvoir.

    Il faut un projet qui parle au peuple de France dans ses composantes diverses car celui-ci malgré son unité dans le rejet de la mondialisation libérale est maintenu dans la division idéologique et donc dans l'impuissance. Les citoyens sont sommés de rester dans un clivage droite-gauche, et ce alors qu'à droite comme à gauche aujourd'hui nombreux sont-ceux qui se rejoignent dans l'indignation à tant de reculs démocratiques et dans la critique du carcan libéral européen.

    Et c'est bien là l'axe essentiel du combat politique à mener aujourd'hui. Le rétablissement de notre souveraineté nationale. La réaffirmation de la volonté du peuple français. Le combat pour faire renaître la démocratie confisquée.

    Dans ce contexte, la parution récente d'un document résumant "la stratégie du Front de Gauche" http://www.jean-luc-melenchon.fr/brochures/strategie-fdg.pdf illustre bien les oeillères des caciques du Front de Gauche. Alors que nous devrions proposer un projet qui parle à tout le Peuple, ceux-ci s'accrochent à leur vieux clivage gauche-droite, plus acharnés que jamais à en faire la racine de leur identité. Tous les combats identifiés "de gauche" doivent être menés, tous les gens étiquetés "de droite" doivent être vaincus.

    Peu leur importe que leurs valeurs et leurs combats ne soient pas forcément partagés par les classes populaires et que celles-ci se tournent toujours davantage vers le Front National. Ils semblent se conforter dans l'idée qu'à force de pédagogie ils vont convaincre.

    Ce faisant, ils se défilent face à leur devoir d'efficacité. Est-il nécessaire de rappeler l'urgence écologique à renverser le système?

    Plutôt que des capitaines de tempête, ils ne sont donc que des gardiens du Temple "de gauche".

    Ils sont décidément tête baissée à ramer sur leur pédalo...bien "de gauche" celui-là.

     

    P.S.: le livre d'Aurélien Bernier "La Gauche radicale et ses tabous" décrit à sa façon cette crispation dogmatique.

     

     


    votre commentaire
  • Bonjour à tous!

    Tout d'abord, je suis navré de toute la publicité qui maintenant parasite la lecture de mon blog. Je ne supporte pas ces idioties marchandes qui ici souillent entre nous le débat citoyen.

    Je pense que je vais me mettre rapidement en recherche d'un autre hébergement plus décent.

    Sinon, je voulais réagir sur le scandale que représente la protection de l'immunité de serge Dassault par ses pairs.

    Outre qu'il est injustifiable pour quiconque en République de s'affranchir de la Justice, et ce doublement pour un parlementaire qui se doit de faire toute la transparence sur sa probité, cette affaire symbolise bien l'écueil dans lequel nous a conduit cette 5ème République et ses mécanismes d'entrisme et de connivences: une dictature soft, une bureaucratie nommée UMPS. La démocratie n'est plus qu'un voile d'alternance posé sur un monopole du pouvoir aux mains d'une technocratie d'apparachiks acquise aux intérêts des tenants du grand capital.

    Cette affaire Dassault, c'est l'illustration du cynisme avec lequel nos "représentants" dirigent les affaires de l'Etat. Ils n'ont même plus peur d'offrir le spectacle de leurs manigances aux médias. Et puis, Serge Dassault, ce n'est pas n'importe qui. C'est un grand manitou, un patron de presse qui peut agiter des révélations de casseroles pour certains et des campagnes d'opinion défavorables pour tous. Et là preuve est qu'ils sont tous serviles face à celà! La honte. Pour ceux qui sont censés défendre l'Intérêt Général, ils ne témoignent d'aucun courage.

    Je suis allé voir sur les blogs de Mélenchon et de Dupont-aignan, rien par rapport à celà. Je les ai enquis à révéler leur position. Nous tenons-là un fait hautement inflammable pour qui souhaite la Révolution Citoyenne et l'instauration d'une République enfin au service de l'Intérêt Général!


    votre commentaire
  • Les nations du monde entier sont à l'unisson du peuple sud-africain pour rendre hommage à Nelson Mandela qui vient de s'éteindre. C'est un homme d'une espèce rare qui vient de disparaître. La plupart des hommes sur la planète, quelques soient les fossés des différences qui les séparent, sont touchés au coeur en pensant à la valeur d'un tel homme et à la puissance de son esprit.

    Tous, nous ressentons la perte d'un être immense et nous cherchons tristement à nous raccrocher à une de ces Figures tutélaires de l'humanisme magnifique sans pouvoir sincèrement en trouver.

    Que l'esprit de Mandela nous inspire! Non, que la situation de la France est grand chose à voir avec l'ignoble apartheid d'alors.

    Mais qu'en ces temps troubles où l'on entretient et attise les adversités et les méfiances, des Français "de souche" contre les habitants des banlieues d'immigration récente, des "bons citoyens" de Gauche qui défendent la République contre les infâmes qui s'égarent dans un vote FN déshonorant, la voie du courage serait de renoncer à imposer sa chapelle et d'embrasser le Peuple révolté tel qu'il est, et non pas tel qu'on voudrait qu'il soit.

    L'esprit d'apaisement et de réconciliation de Mandela a donc de quoi nous inspirer, pour que nous retrouvions l'unité du Peuple nécessaire à son émancipation. Nous ne pouvons que choisir un esprit de dialogue si nous souhaitons progresser, car ce sont ces divisions mêmes qui permettent à l'oligarchie de maintenir sa domination. Quand nous nous réveillerons avec cette Lumière nouvelle dans nos têtes, pénétrés de la nécessité de trouver un Grand Compromis, alors nos puissants ne dormiront plus tranquilles.

     


    votre commentaire
  • Voici donc la première ébauche d'un programme de rassemblement qui je l'espère serait une synthèse convenable au plus grand nombre, au delà des divisions dogmatiques des partis.

    Elle n'a pas la prétention d'être exhaustive ni très détaillée, mon objectif étant de dessiner les contours d'un possible Grand Compromis National. N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

     

    MERCI APRES LECTURE DE DONNER VOTRE APPRECIATION GLOBALE EN REPONDANT AU SONDAGE DANS LA RUBRIQUE A DROITE DE L'ECRAN

     

    1. Changer de république: sortir du régime des notables pour une démocratie citoyenne

    La Vème République arrive en bout de course. Elle a favorisé la dérive oligarchique qui empêche notre pays de retrouver le cap de l'Intérêt Général. A travers ses dispositions, elle a favorisé le monopole de l'UMPS qui nous offre aujourd'hui le spectacle d'une caste de notables ayant intérêts mêlés avec les milieux d'affaires.

    Pour pouvoir conduire des réformes radicales dans le sens de l'Intérêt Général, il faut établir de nouvelles règles du jeu politique qui garantisse la meilleure indépendance des législateurs et gouvernants.

    Un changement de constitution est donc le premier gage d'un changement radical de cap aujourd'hui indispensable.

    >Convoquer une Constituante dont les membres seront tirés au sort sur la base du volontariat

    >Sans attendre: neutralisation des lobbies qui gravitent dans l'ombre des Assemblées, alignement du régime de retraite des parlementaires sur le général, limitation accrue du cumul des mandats, référendum pour dissoudre le Conseil Constitutionnel (fief de l'UMPS)

    2. Réaffirmer la souveraineté nationale: régler le problème de la dette publique, faire du protectionnisme

    >faire une loi contraignant les banques à détenir des quotas d'obligations publiques

    >faire une loi permettant à la Banque de France d'acheter directement des obligations publiques

    >Procéder à un audit des dettes publiques pour estimer ce qui doit légitimement être remboursé

    >établir des politiques restrictives (droits de douane ou refonte de la TVA) aux importations pour protéger nos productions et permettre le redéploiement industriel

     

    3. Vivre-ensemble: réaffirmer l'autorité de l'Etat dans la justice sociale

    >Combattre l'indécence fiscale: faire contribuer davantage les très riches à l'effort national (progressivité de l'impôt, lutte contre l'optimisation et la fraude fiscale, pression sur les paradis fiscaux pour l'échange automatique de données...)

    >Faire une politique d'intégration qui conjugue fermeté contre la délinquance (tolérance zéro) et justice sociale déterminée (mixité sociale plus contraignante, lutte contre les discriminations à l'embauche, grand plan pour dégetthoïser les banlieues)

    >Maintenir une politique migratoire restrictive et réaffirmer une volonté d'assimilation (maitrise de la langue, respect des codes culturels de notre pays) vis-à-vis des arrivants

    >Prisons: favoriser la transformation des prisons: la prison doit être une punition qui permette en même temps la réadaptation de l'individu.

    4. Engager la mutation écologique de notre pays

    >Référendum sur la poursuite de la production nucléaire (occasion d'un grand débat sur les perspectives énergétiques)

    >Soutenir l'agriculture en la protégeant de la concurrence extérieure mais en favorisant nettement les circuits locaux et les productions biologiques. Favoriser la reconversion des systèmes les plus intensifs. Protection drastique des terres agricoles contre l'artificialisation.

    >Politique volontariste de diminution des déchets, de recyclage et de revalorisation. Objectif d'interdiction de tout plastique non recyclable ou biodégradable.

    >Politique publique d'investissements massifs dans les énergies renouvelables et les transports collectifs. Incitation forte à l'usage des transports collectifs.

    >Normes de performances énergétiques accrues dans le bâtiment et l'automobile

     

    5. Economie du travail: améliorer l'embauche avec pragmatisme

    > mettre en place un puissant dispositif de droit à la formation-reconversion pour les chômeurs

    >fluidifier les contrats de travail

    >simplifier l'enchevêtrement des cotisations et la multiplication des règles liées au travail

    >réforme de l'enseignement supérieur: professionalisation des filières avec recours accrue à l'alternance (prévoir d'obliger les entreprises à leur devoir de formation via l'apprentissage). A étudier: quotas par filière pour favoriser l'orientation vers les cursus de la transition écologique et porteurs d'emploi.

    >ouvrir une réflexion sur quelle contribution collective pourraient apporter en contrepartie les bénéficiaires des minimums sociaux

    >réflexion aussi sur l'entrée dans la retraite et la transmission des savoir-faire.

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire